Breaking News

Le glas sonne pour l’euro… Comprendre ce qui se cache derrière le rapatriement de l'or des européens

La récente tendance des pays européens à rapatrier leurs réserves d’or a soulevé des inquiétudes à Bruxelles. RT a parlé à Claudio Grass de Precious Metal Advisory, en Suisse, pour comprendre ce qui se cache derrière cette tendance.


… alors que de plus en plus de pays européens rapatrient leur or, selon un expert à Russia Today

Selon Grass, le processus signifie la désintégration, qui vient habituellement avec l’instabilité, l’agitation, et plus d’intervention et de contrôle gouvernemental.

« Les banques centrales ont commencé le rapatriement il y a déjà quelques années, c’est-à-dire avant le Brexit, la Catalogne, Trump, l’AFD ou les tensions croissantes entre le Politburo de Bruxelles et les pays d’Europe de l’Est », dit-il.

Grass a expliqué que ce sont tous des symptômes évidents aujourd’hui et « par conséquent, les banques centrales pourraient avoir vu cela venir bien avant que le public ne s’en rende compte ».
Il a dit qu’il est raisonnable de prétendre que le monde s’éloigne d’un système centralisé.
« Si nous suivons cette tendance, il devrait être évident que la prochaine étape sera une rupture en unités plus petites que les États-nations. Avec une telle fragmentation géopolitique vient aussi la décentralisation du pouvoir. »
Les analystes ont souligné que les pays de l’UE considèrent l’or comme une assurance au cas où ils finiraient par revenir à leurs monnaies nationales. Selon Grass, seul un imbécile croit que l’on peut créer de la richesse à partir de rien, et l’utiliser comme base pour un système durable.
« Notre système est basé sur 7% de billets papier et 93% d’écritures numériques soutenues par rien d’autre que la promesse de la banque centrale de rembourser la dette à l’avenir par l’inflation et la fiscalité. »
Il a expliqué que dans le monde occidental, le gouvernement oblige les gens à abandonner entre 35% et 65% de leurs revenus pour les mettre dans des véhicules obligatoires tels que les fonds de pension, l’assurance retraite, les impôts, etc.
« Si vous enlevez 100% des fruits du travail d’une personne, c’est défini comme de l’esclavage… Donc, il y a encore de la marge mais ça ne semble pas bien non plus. »
Grass a ajouté que « la désintégration accélérée de la zone euro et l’apparition de partis nationalistes et de droite qui ont une politique claire, va à l’encontre de l’UE ».
« C’est juste une question de temps avant que l’euro, la devise la plus artificielle jamais créée, ne s’effondre », a t-il conclu.
Russia Today
Source Russia Today


Aucun commentaire