Breaking News

Loi sur le parrainage : le bureau de l’assemblée nationale se réunit la semaine prochaine (président)


Le bureau de l’Assemblée nationale se réunira à partir de la semaine prochaine pour permettre à la conférence des présidents de programmer le traitement du projet de loi sur le système de parrainage aux élections a indiqué, mardi, le président de l‘Assemblée nationale, Moustapha Niasse.

S’exprimant au terme du message à la nation du chef de l’Etat, Moustapha Niasse a confirmé que "les deux projets de lois réformant la constitution et le code électoral sont arrivés sur le bureau du président de l’Assemblée nationale".
M. Niasse a laissé entendre que "comme le prévoit le règlement intérieur de l’Assemblée nationale, les textes ont été distribués à tous les députés sans exception".
"La constitution du Sénégal prévoit un délai de lecture de 10 jours d’une loi qui arrive sous forme de projet à l’Assemblée nationale, et que le président de la République n’en a pas demandé le traitement par la voie de l’urgence", a-t-il soutenu.
Moustapha Niasse a fait remarquer que "ce délai expire le 7 avril et après cette date le bureau de l’Assemblée sera convoqué et immédiatement la conférence des présidents devra programmer le traitement selon les étapes de la procédure prévue par la loi organique qui détermine le fonctionnement de l’Assemblée nationale".
Selon le président de l’Assemblée nationale, "au terme de cette procédure, ils (projets de loi) seront présentés avec un rapport en présence du gouvernement et une discussion démocratique sera ouverte et le projet de loi sera voté si la majorité des députés estiment qu’ils doivent voter pour son adoption".
"Pendant de longs mois est entrée en gestation une série d’idées destinées à faciliter le déroulement de tout scrutin au Sénégal plus précisément en ce qui concerne la prochaine présidentielle, les leçons ont été tirées des 47 listes de candidats et coalitions de partis pour les législatives de 2017", a-t-il dit.
Et Moustapha Niasse d’expliquer que "pour réduire le nombre de candidatures sans crédibilité, sans fondement, ni idéologie, ni morale, il a été estimé comme cela se fait ailleurs, un système de parrainage qui n’est pas nouveau puis qu’il existait pour les candidatures indépendantes".
Pour le président de l’Assemblée nationale, "le code électoral actuel a prévu un système de parrainage qui est entré en vigueur et est appliqué. Du parrainage à partir des élus exigés à un certain niveau au plan numérique pour qu’un candidat indépendant puisse faire valider sa candidature au niveau du conseil constitutionnel".
"Il est proposé que le Sénégal passe au parrainage citoyens qui est plus simple et plus démocratique que le premier. Pour éviter les candidatures fantaisistes. Il existe dans le monde moderne depuis 1962", a-t-il dit, soulignant que cette réforme "constitue un progrès pour consolider la démocratie sénégalaise".

Aucun commentaire