Breaking News

Ces Joueurs emblématiques qui ont (peut-être) déjà fait leurs adieux au Top 14

Ces Joueurs emblématiques qui ont (peut-être) déjà fait leurs adieux au Top 14
Ces Joueurs emblématiques qui ont (peut-être) déjà fait leurs adieux au Top 14… Reprise ? Pas reprise ? Si cette dernière option devait s’imposer, quelques grands noms du championnat de France n’auront pas droit un dernier match devant leur public avant de tirer leur révérence.

Ils sont une quinzaine. Agés de 33 ans ou plus et en fin de contrat. Certains avaient déjà annoncé qu’ils remiseraient leurs crampons en fin de saison.
D’autres non mais, en fin de contrat, auront sans doute du mal à retrouver un employeur vu la crise économique que vont traverser les clubs du Top 14.
Tous, si le championnat ne devait jamais reprendre, seront privés d’adieux, d’une dernière sortie devant leur public pour vivre la sortie qu’ils auraient mérités.
A Toulon, ils sont trois dans ce cas. Le Néo- Zélandais Liam Messam (36 ans), le Géorgien Mamuka Gorgodze (35 ans) et l’immense Sergio Parisse (36 ans). Le premier (ces Joueurs) ne sera pas conservé. Le deuxième espère obtenir une dernière année de contrat.
Quant au troisième, le RCT souhaite le prolonger. Mais l’ex-capitaine de l’Italie, déjà privé à deux reprises d’une der avec la Squadra Azurra (pour cause de typhon lors du Mondial 2019, puis d’épidémie lors du Tournoi des six nations 2020), hésite, n’exclut pas un dernier contrat lucratif au Japon. Il devra donc faire un choix.
A Castres, ils sont également plusieurs avoir annoncé leur fin de carrière à l’orée de cette saison : Alex Tulou (33 ans), Julien Caminati (34 ans), Jody Jenneker (36 ans), Christophe Samson (36 ans) et l’emblématique Rodrigo Capo Ortega (40 ans).
Le deuxième-ligne d’origine uruguayenne (ces Joueurs) a évoqué ce possible terminus en queue de poisson chez nos confrères de RMC Sport.
«J’aurais voulu, et je pense que je le mérite, une belle fin. Dix-huit ans en tant que joueur professionnel, dans un même club, qui est celui de ma ville. J’aurais aimé bien finir, regrette «Capo». Mais bon, je sais que si ça ne se fera peut-être pas comme je l’aurais souhaité, ça se fera d’une autre façon.»
Et de révéler que le président du Castres Olympique, Pierre-Yves Revol, lui a fait une promesse. «Il m’a dit : ‘’tu feras ton dernier match à Pierre Fabre, ne t’inquiètes pas’’. Peut-être que ce ne sera pas en championnat, que ce sera quelque chose de plus intime. On verra.»
«Si j’avais fait une saison de plus, je me serais menti à moi-même et à beaucoup de monde. Mais je ne suis pas un tricheur…»Rodrigo Capo Ortega
Seule certitude, il ne repoussera pas sa fin de carrière. «Je pense que ma décision est prise. La saison prochaine, j’aurai un poste d’ambassadeur du club, j’aurai mes fonctions au club. Différentes.
Cette année, je m’étais mis comme objectif de retrouver mon niveau de 2018 (il était capitaine en finale lors du dernier titre de champion du CONDLR), mais je n’ai pas réussi. Ma tête me disait ‘’oui’’, me poussait à faire tout pour, mais je sentais que mon corps (ces Joueurs) commençait à me lâcher. Et si j’avais fait une saison de plus, je me serais menti à moi-même et à beaucoup de monde. Mais je ne suis pas un tricheur…»
Autre joueur emblématique qui risque de ne pas avoir une sortie à la hauteur, le pilier bayonnais Aretz Iguiniz (37 ans).
«J’avais décidé d’arrêter à la fin de cette saison, même si je me sens bien. Il faut bien arrêter un jour. Maintenant, si on ne peut pas terminer la saison, je vais forcément avoir une petite frustration, mais de là à repartir pour une saison, je ne pense pas, je devrais arrêter, a confirmé le Basque chez nos confrères d’Actu Rugby (ces Joueurs). Sans le savoir, j’ai peut-être déjà joué mon dernier match. J’y ai forcément pensé. C’est assez bizarre. Pour l’instant, je ne réalise pas encore. Il reste du temps donc je me dis qu’on aura encore droit à quelques matches…»
«Si ça s’arrête là, ça voudra dire que Bayonne est maintenu. Finir en Top 14, c’est bien aussi, même s’il n’y a pas ce dernier match» Aretz Iguiniz
Un regret vite dissipé assure-t-il. «Ce n’est pas bien grave, il y a plus grave dans la vie et on sera plusieurs dans ce cas. C’est important pour moi mais secondaire au regard de la situation. Si ça s’arrête là, ça voudra dire qu’on est maintenu. Finir en Top 14, c’est bien aussi, même s’il n’y a pas ce dernier match.»
Le valeureux Aretz Iguiniz, fidèle à l’Aviron durant toute sa carrière, trouve même la force d’en rire. «Ce n’est pas un problème financier. J’ai de l’âge, les jeunes poussent, le niveau est élevé. Et j’ai plusieurs projets (de reconversion, NDLR) en vue.»
D’autres trouvent la situation plus saumâtres. Pas prolongés, ils vont peut-être être contraint de raccrocher sans l’avoir vraiment décidé, anticipé (ces Joueurs). C’est le cas des Rochelais Jone Qovu (34 ans) et Marc Andreu (34 ans).

Ces Joueurs emblématiques qui ont (peut-être) déjà fait leurs adieux au Top 14…

Ou encore de l’ailier du Lou Rudi Wulf (36 ans). Julien Ledevedec (33 ans), lui, venait de résilier son contrat avec Montpellier pour rejoindre, en cours de saison, Provence Rugby en Pro D2 et refouler à nouveau les terrains. Mauvais timing…
«Je suis en fin de contrat au 30 juin. J’attends de voir mais je suis conscient que de nombreux clubs vont connaître des moments difficiles sur le plan financier.
Là encore, je veux relativiser. J’ai 33 ans et certains joueurs sont en plein milieu de leur carrière, ce qui risque de les freiner», a confié l’ancien deuxuème-ligne du XV de France à Midi Olympique, n’excluant pas d’être contraint de mettre un terme à sa carrière s’il ne trouvait pas un nouveau club.
«Ça m’embêterait car j’ai encore envie de jouer et je sais que j’en ai encore sous le pied, contrairement à ce que certains pensaient à Montpellier (ces Joueurs).
Mais si c’est ce qui doit arriver… C’est la vie. J’ai déjà pensé à plusieurs choses à faire après ma carrière. Ça viendra de toute façon un jour ou l’autre.»
«J’avais peut-être besoin d’un signe de Dieu et d’un truc pareil pour raccrocher définitivement les crampons…» Matt Giteau
Pour d’autres, enfin, c’est le signe qu’il fallait arrêter. A Clermont, l’Anglais Nick Abendanon (33 ans) évoquait déjà une possible fin de carrière avant l’épidémie de coronavirus.
Quant au trois-quarts centre du Stade Toulousain, Maxime Mermoz (33 ans), cela fait des mois qu’il n’a plus joué. Au point d’avoir plus ou moins déjà accepté l’idée d’une retraite en fin de saison avant le début de cette crise sanitaire.
C’est le pli qu’a choisi de prendre un ancien Toulonnais, l’Australien Matt Giteau. Exilé depuis au Japon, il sait que la saison est d’ores et déjà terminée, la fédération nipponne ayant annoncé la suspension définitive de la Top League.
«J’ai 37 ans et j’ai eu une très longue et belle carrière : mon premier match professionnel avec les Brumbies, je l’ai disputé il y a dix-sept ans.
Quand j’ai quitté l’Australie en 2011, je pensais jouer dix-huit mois à Toulon et quitter la scène. J’y suis finalement resté cinq ans et derrière, j’ai même prolongé le plaisir au Japon, relativise Giteau dans une interview au Midol (ces Joueurs).
Depuis des années, je repousse, je repousse. Bon… Voilà… J’avais peut-être besoin d’un signe de Dieu et d’un truc pareil pour raccrocher définitivement les crampons…» Triste fin quand même.
Publicités


Read more: https://www.kafunel.com/ces-joueurs-emblematiques-deja-fait-adieux-top-14#ixzz6ImYiv6k4
Follow us: @kafunel1 on Twitter | kafunel on Facebook

Aucun commentaire